Les contours du poste du Credit Manager ont fortement bougé ces dernières années. Les nouvelles technologies, le Big Data, de nouvelles sources d’informations clients, l’avènement de la monnaie numérique, les dépôts virtuels … bouleversent les habitudes de consommation des clients. Ceci contraint l’ensemble des activités de la finance à revoir leurs modes de fonctionnement. Les concepts traditionnels de débit/crédit et les méthodes classiques de recouvrement des créances sont définitivement derrière nous.

Un Credit Manager, nouveau modèle
Le paysage économique des pays européens est en perpétuelle évolution et change au gré des évolutions numériques. Le marketing numérique, les médias sociaux, la collecte de données sont des éléments que l’entreprise ne peut plus se permettre de négliger.
Les services clients bouleversent les codes de la relation consommateur avec les chatbots, les paiements se font en ligne via des plateformes de paiement numériques, les informations clients s’enrichissent de données provenant des réseaux sociaux, le cloud permet de sauvegarder les données … Le rôle du Credit Manager est profondément bousculé.

Du professionnel chargé du recouvrement des factures, isolé dans des activités un peu ingrates et peu valorisées, le Credit Manager est devenu celui qui détient les informations stratégiques pour l’entreprise et celui dont les différentes directions ont besoin : direction commerciale, service client, comptabilité … son poste est devenu en quelques années, la pierre angulaire de la santé financière de l’entreprise.

Pourtant trop de CM se retrouve encore seul à mener la révolution du numérique. Les directions peinent parfois à comprendre les enjeux du digital sur l’entreprise et n’osent pas se donner les moyens de voir plus loin … Si le CM doit être accompagné dans le changement, les directions également.

De la dématérialisation à l’analyse prédictive et à l’intelligence artificielle
Les premiers pas du Credit Manager dans la digitalisation a consisté à dématérialiser.
Dématérialisation des factures, des relances, de la gestion des litiges et des contentieux, le Crédit Manager doit aujourd’hui passer l’étape supérieure sous peine de se retrouver à la traine.

Deux nouveaux défis se dressent devant le Credit Manager : l’analyse et l’intelligence prédictives.

Prévoir en amont les failles des clients, déceler les comportements, les secteurs à risque  font du Credit Manager une aide à la décision incontournable, capable de sécuriser les finances de l’entreprise et de porter la culture du cash au sein de celle-ci.

Quant à l’intelligence artificielle, elle permet au CM d’automatiser les process et de ne plus se perdre en missions à faible valeur ajoutée pour investir celles plus stratégiques et ainsi démultiplier l’efficacité de ses actions.

Toutefois, l’exploitation des données ne s’improvise pas ! Si le Credit Manager a la capacité d’analyser les données reçues, il ne peut les trier, les classifier, les répertorier … ceci est de la responsabilité des services informatiques ou des data scientist … seulement voilà, toutes les entreprises n’en sont pas encore à ce degré de réflexion quant à la gestion des données et outils numériques.

Ce n’est pourtant qu’au prix d’une révolution numérique globale de l’entreprise, que celle-ci pourra utiliser au mieux les ressources dont elle dispose.
Si les pays anglo-saxons ont un temps d’avance sur ces évolutions, la France reste encore en retrait. Comptons sur les Credit Manager pour prêcher la bonne parole au sein des entreprises et faire entrer le digital entre leurs murs.