Le recouvrement, un métier d’avenir

Les chargés de recouvrement et autres spécialistes du Credit Management sont aujourd’hui des profils très demandés. Heureusement, des formations existent et préparent parfaitement à ces professions.

Mais les métiers du recouvrement sont encore méconnus. Les candidats sont peu nombreux alors que les besoins ne cessent de croître dans les entreprises. Le marché de l’emploi est donc en tension.

Le recouvrement : des emplois en manque de candidats

Depuis quelques années, les professionnels du recouvrement sont très recherchés, en premier lieu par les grands groupes mais aussi de plus en plus par des PME soucieuses de leur trésorerie.

La crise actuelle ne fait qu’augmenter ces besoins. En effet, en fragilisant les entreprises, elle augmente les risques de défauts de paiements. Le recouvrement de créances clients devient d’autant plus stratégique pour les fournisseurs. Par conséquent, les embauches de chargés de recouvrement sont en progression constante.

Face à cette demande croissante, l’offre reste insuffisante. La loi du marché entraîne les rémunérations proposées à la hausse. Le très faible taux de chômage dans ces métiers est aussi un argument qui peut convaincre.

Pourtant, cela ne suffit pas à éviter la pénurie de candidats. En fait, il semble que le recouvrement reste une niche trop peu connue parmi les étudiants et les professionnels en quête de reconversion.

Les métiers du recouvrement, encore insuffisamment valorisés

Méconnus, les métiers du recouvrement sont souvent mal aimés, victimes de préjugés qui leur donnent une image négative. Mais en les étudiant de plus près, on trouve de nombreux éléments qui les valorisent.

Le recouvrement, un métier pluridisciplinaire

Un chargé de recouvrement, par exemple, fait appel à ses diverses connaissances (comptables, financières, parfois même juridiques) et mobilise ses capacités d’analyse et d’organisation. Il doit se montrer proactif. Il doit aussi savoir détecter et interpréter des informations d’origines diverses, adapter les procédures de relance, etc.

Surtout, il doit disposer de fortes capacités relationnelles. En effet, la relation humaine est vraiment au cœur de la profession. La fermeté n’est pas toujours l’unique solution pour résoudre un défaut de paiement. Il faut également savoir négocier tout en faisant preuve de diplomatie et de compréhension.

En effet, il ne s’agit pas seulement de recouvrer une créance mais aussi de préserver la relation commerciale. L’approche d’un chargé de recouvrement est plus dans le registre du compromis que de la contrainte. Il s’agit de proposer des solutions personnalisées acceptables par le client.

En complément de cette forte dimension humaine et relationnelle, les métiers du recouvrement se digitalisent de plus en plus. L’automatisation du recouvrement fait appel à des nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle et l’open data.

Ces outils accélèrent les process de recouvrement et permettent aux chargés de recouvrement de se focaliser sur des activités où la relation humaine est déterminante. Les relances et autres actions de communication sont ainsi plus pertinentes et efficaces.

Rémunération et évolution de carrière

Les entreprises ont pris conscience de l’importance du recouvrement pour garder la maîtrise de leurs risques clients. Elles accordent donc une attention particulière à ce métier. Les rémunérations sont intéressantes et les perspectives d’évolution sont nombreuses.

Le salaire annuel moyen d’un chargé de recouvrement approche les 30000 euros, voire 40000 euros quand il intervient dans un cadre international avec un niveau bilingue anglais. Selon les dossiers traités et les résultats obtenus, une prime variable peut s’ajouter. Elle s’élève parfois jusqu’à 30% du salaire fixe.

Selon son profil, ses compétences et son expérience, un chargé de recouvrement peut évoluer vers un poste de responsable d’équipe recouvrement ou sur des emplois en analyse de crédit, en administration des ventes ou en assistance juridique.

Les formations aux métiers du recouvrement existent

Les formations préparant aux métiers du Credit Management en général, et en particulier à celui de chargé de recouvrement, sont très appréciées par les employeurs. L’AFDCC, unique association professionnelle des Credit Managers en France, propose un large choix de formations.

L’AFDCC offre par exemple des formations continues (formations catalogue et en intra). Actualisées en permanence en fonction des évolutions techniques et législatives liées à la profession, ces formations innovent et s’adaptent parfaitement aux besoins du marché de l’emploi.

L’AFDCC propose aussi plusieurs formations diplômantes.

Le succès auprès des entreprises a été immédiat après la création de la formation « chargé de recouvrement » en 2001. Le taux de placement est pratiquement de 100 %. Il y a toujours plus d’offres de contrats de professionnalisation de la part des entreprises que de candidats.

Cette formation intègre des domaines tels que la finance (prévention et analyse du risque clients) et le juridique (créances civiles et commerciales). En fin de parcours, les personnes formées sont capables d’analyser un bilan, de déterminer une ligne de crédit ou encore de faire une injonction de payer.

Au fil des années, l’AFDCC a mis en place une filière diplômante complète sur les métiers orientés poste client. L’objet de ces formations est de développer la professionnalisation de la filière des métiers du Credit Management.

Les formations diplômantes proposées par l’AFDCC comprennent désormais différents titres inscrits au RNCP :

agent de recouvrement, titre de niveau 4 (Bac) ;

chargé de recouvrement, titre de niveau 5 (Bac+2) ;

analyste crédit, titre de niveau 6 (Bac+3) ;

Master Credit Management, titre de niveau 7 (Bac+5).

Parmi ces formations, les 3 premières s’effectuent en contrats de professionnalisation ou en contrat d’apprentissage (alternance).

Le recouvrement : des formations et des emplois à la clé

Sur une pente ascendante depuis longtemps, les métiers du recouvrement bénéficient encore d’un coup de pouce avec la crise. Les entreprises ont plus que jamais besoin de recouvrer leurs créances clients pour préserver leur trésorerie.

Les professions du recouvrement offrent de belles perspectives. Alors, pour les étudiants et les personnes en recherche d’emploi, des formations diplômantes de divers niveaux permettent d’accéder à ces emplois, y compris sous le régime de l’alternance.

 

Co-écrit avec l’AFDCC

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email